L’Institut djiboutien des Arts, autrement dit ‘’l’IDA’’ a ouvert ce matin ses portes pour la rentrée des classes 2016/2017

Sociale
Typography

Et c’est le ministre des Affaires musulman de la Culture et des Biens Waqfs M. Moumin Hassan Barreh qui a lancé cette rentrée des classes.

L’Ida assure sur deux ans une formation en matière d’arts. Une douzaine de spécialités telles que la maitrise d’un instrument musical, le théâtre, la peinture ou l’art plastique y

sont enseignées.

Le directeur de l’Ida, les professeurs et les conseillers techniques ont entouré le ministre Moumin Hassan Barreh et le secrétaire général du département des Affaires musulmanes et la Culture lors de cette rentrée et de la reprise des cours.

L’Institut djiboutien des Arts a été crée en 2005 et fait sortir chaque année une nouvelle promotion de talentueux artistes.

Sa douzième promotion et va bientôt accueillir des inspecteurs égyptiens qui soumettront à la direction de l’Institut un programme plus élaboré visant à l’étendre pour que l’Ida devienne l’institut national des Arts, mais de la Culture également. ‘’L’ida’’, deviendra ainsi « l’institut national des Arts et de la Culture.

Dans une réaction faite à la presse, le ministre s’est déclaré ravir de la mission confiée à l’Ida et du travail accompli tout au long des douze ans d’existence de l’institut. Il a exhorté les responsables d’englober les arts dans la culture en général.

M. Moumin Hassan Barreh a promis également que son département ne ménagera aucun effort pour renforcer l’Institut afin qu’il forme de plus en plus des jeunes en matière de théâtre, de peinture, de musique et en arts plastiques. Il a aussi félicité tous ceux qui travaillent à l’institut.

Articles Populaires