27
Tue, Jun

Une réunion interministérielle consacrée sur le thème « les médicaments contrefaits » danger pour la santé publique a eu lieu hier dans la salle de la réunion de la Primature

Sociale
Typography

Le Premier ministre par intérim, Monsieur MOUMIN AHMED CHEIKH, ministre de la Justice et des Affaires Pénitentiaires, chargé des Droits de l'Homme, a présidé hier 10 juillet 2016, dans la salle de la réunion de la Primature, une réunion interministérielle consacrée sur le thème « les médicaments contrefaits » danger pour la santé publique. La séance de travail a regroupé autour d’une table ronde plusieurs membres du gouvernement.

Citons en l’occurrence le ministre de l'Intérieur, M. HASSAN OMAR MOHAMED BOURHAN, Ministre du Budget, M. BODEH AHMED ROBLEH, Ministre de la Défense, chargé des relations avec le Parlement M. ALI HASSAN BAHDON, Ministre de l'Équipement et des Transports, M. MOHAMED ABDOULKADER MOUSSA HELEM, Ministre de la Santé, Dr. DJAMA ELMI OKIEH, Ministre de la Communication, chargé des Postes et des Télécommunications, M ABDI YOUSSOUF SOUGUEH, Ministre Délégué auprès du Ministre de l'Économie et des Finances chargé du Commerce, des PME, de l'Artisanat, du Tourisme et de la Formalisation, M. HASSAN HOUMED IBRAHIM, Secrétaire d'État chargé des Affaires Sociales, Mme. MOUNA OSMAN ADEN, le Secrétaire Général de la Présidence Monsieur Mohamed abdillahi et le Directeur du cabinet du Premier ministre Monsieur Youssouf Aouled.

Prenant la parole en premier lieu, le Premier ministre par Intérim a évoqué la raison d’être et la portée de cette rencontre. Il a indiqué que le sujet de la réunion porte sur un fléau de santé nationale qui consiste sur les faux médicaments présents sur le marché local et que ces deniers exposent l’ensemble de la population à un risque de santé sans précédent et dangereux à t-il indiqué. Il a néanmoins indiqué que la lutte contre ce fléau nécessite l’implication de tous les acteurs du gouvernement concernés afin de lutter efficacement sur la prolifération des faux médicaments sur notre territoire.

Le Premier ministre par intérim s’est appuyé sur l’argument de santé publique, de la dangerosité de ses médicaments illicites et de l’urgence des résultats tangibles pour souligner l’approche de la sensibilisation de la population locale et la répression des vendeurs.

En ce sens, il est primordial pour les membres du gouvernement concernés par ce sujet de disposer des données et d’information nécessaire sur les situations des faux médicaments afin que la coordination des actions de différents ministères sectoriels soit plus efficace contre ce fléau national.

En ce sens, il est primordial pour les membres du gouvernement concernés par ce sujet de disposer des données et d’information nécessaire sur les situations des faux médicaments afin que la coordination des actions de différents ministères sectoriels soit plus efficace contre ce fléau national.

En commençant son intervention,

Le ministre de la Santé a expliqué que les faux médicaments présentent un danger de santé publique en énumérant certaines conséquences pour la population à savoir :

- L’augmentation des maladies rénales

- La perforation intestinale

- L’échec thérapeutique

- L’augmentation de la maladie infantile et mal formation de nouveaux nés

- Et l’intoxication médicamenteuse chez les patients

- Le coût financier élevé pour la santé publique

Ensuite, il a indiqué que l’étude diligentée par son département est alarmante nécessitant l’intervention des membres du gouvernement pour mettre fin à ce fléau de santé. Il a souligné que cette situation constitue une préoccupation majeure de son département et qu’il est du ressort de la santé de notre population qu’une collaboration interministérielle est indispensable pour conjuguer les actions du gouvernement à t-il exprimé.

Suite à son intervention, une présentation diapositive a été projetée par l’inspecteur et pharmacien du ministère de la Santé pour mieux comprendre le problème des substances illicites sur le marché et leur conséquence de santé.

Enfin, le sujet a par la suite alimenté des discussions soutenues entre les participants de la réunion et l’ensemble des membres du gouvernement concernés par ce sujet, qui ont donné leur accord de coordonner plus efficacement sur ce fléau et de voir ensemble les voies et moyens nécessaires pour mettre un terme à ce commerce illicite.

Concluant sur les échanges autour du sujet, le Premier ministre par intérim a suggéré au ministre de la santé de saisir par courrier chaque département ministériel sur les points qui les concernent dans la lutte contre ce fléau de santé publique.