18
Sat, Nov

Ouverture du sommet de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) à Mogadiscio, en Somalie

Politique
Typography

Les chefs d'état de l'autorité intergouvernementale pour le developpement (igad) ont participe pour la 1ere fois à un sommet historique à Mogadiscio ce lundi 12 septembre.

C'était la première fois depuis l'existence de l'igad, il y a 30 ans, qu'un sommet de cette fédération de pays d'Afrique de l'est, a lieu dans la capitale somalienne a Mogadiscio.

La plupart des membres, dont l'Ethiopie, l'Ouganda et le Kenya, ainsi que Djibouti et le Burundi fournissent des troupes à la force de l'union africaine intervenue en somalie pour stabiliser le pays.

À cause des problèmes sécuritaires en somalie, les réunions de l'igad n'ont jamais pu avoir lieu dans la capitale somalienne.

La sécurité a été renforcée à Mogadiscio, et de nombreuses routes ont été fermées pour la tenue de ce 1er sommet.

Plusieurs chefs d’état et de gouvernement dont le président du Kenya uhuru kenyatta, le président ougandais youweri museveni, le Premier ministre ethiopien haile mariam desalegn participent à ce sommet aux cotes du président somalien hassan cheik mahmoud.

Le ministre des affaires étrangères mr mahmoud ali youssouf représenté le président de la république a ce 1er sommet de l’igad dans la capitale somalienne.

Des hauts responsables des pays de l’igad et les chefs de la diplomatie de l'igad participent au 1er sommet ou plusieurs dossiers ont été a l’ordre du jour de ce sommet dont 3 sujets ont été les plus importants.

Il s’agit tout d’abord de la somalie dont, le sommet a forme l’espoir de faire une appréciation critique des efforts engage sur le terrain afin que, les élections générales (présidentielle et législative) prévues dans ce pays pour le mois d’octobre prochain répondent aux conditions d’un scrutin étendu au plus grand nombre de régions somaliennes.

Le sommet a mis le projecteur sur le degré de conformité marque par les autorités somaliennes vis-à-vis de l’idéal, formule a plusieurs reprises par l’igad elle-même, l’union africaine et les Nations unies et, relatif a l’extension systématique du processus d’élection a toute région libérée du contrôle des shebabs.

Les dispositions prises par le gouvernement en place afin de donner aux prochaines élections les relents de scrutins additifs, inclusifs et ouverts au plus grand nombre de communautés et de régions somaliennes, domineront les discussions que ce sommet de l’igad dédie au chapitre somalien.

Le soudan du sud a constitue la seconde thématique à l’ordre du jour de ce sommet extraordinaire de l’organisation régionale.

Au sujet de ce pays, les chefs d’état et de gouvernement de l’igad ont mis essentiellement à profit cette réunion pour échanger autour de la mise en œuvre de la décision adoptée, en août par leur organisation et, relative au déploiement d’une force supplémentaire de protection de 4 000 hommes a Juda.

à l’époque, il était décidé que cette force supplémentaire de protection devait être déployée rapidement sur le terrain, a la foulée de missions de travail que les chefs d’état-major militaires des pays de l’igad devaient effectuer a Juda.

Initialement oppose à cette décision au motif d’être contraire a l’expression d’une souveraineté pleine et entière de son pays, le gouvernement sud-soudanais semble de plus en plus lâcher du lest a ce sujet.

Tout l’effort de l’igad consistera désormais donc a fixer, avec les autorités sud-soudanaises, un calendrier précis pour le déploiement de cette force supplémentaire de protection.

Cette dernière s’est ajoutée d’ailleurs aux efforts de celle même nature déjà en place a Juda et comptant 12.000 hommes.

Composée de troupes issues des pays de là sous région, la force supplémentaire de protection aura enfin, a l’instar de celle déjà en place, pour mission de protéger les civils et d’apporter un soutien humanitaire aux populations de ce pays.

Le 3eme sujet a l’ordre du jour de ce sommet était dédie au renouvellement administratif de l’igad elle-même, notamment a l’élection d’un nouvel secrétaire exécutif à l’aune de l’expiration du mandat de l’actuel occupant de ce poste, Mr abdi maalin.