LA RADIODIFFUSION TELEVISION DE DJIBOUTI UN DEMI-SIECLE D’HISTOIRE

La radiodiffusion commence à Djibouti dans les années cinquante sous le régime colonial. 

En 1967, l’Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF) installe une station régionale d’outre-mer à Djibouti-ville. 

  1. Cette station sans aucune infrastructure de production, est conçue pour la rediffusion des program

  2. Des chaînes radiophoniques et télévisuels français produits en France. La majorité, du personnel toutes catégories confondues est françaises. 

En 1977, la République de Djibouti indépendante met l’accent sur ce secteur pour assainir l’unité nationale et le développement du pays indépendant. 

Le personnel très peu formé et le matériel assez vétuste manquaient à l’appel de cette nouvelle politique du gouvernement. 

Depuis lors, le gouvernement avec l’aide des pays amis et organes internationaux concentrait ses efforts pour l’amélioration des techniques et de la production, l’aménagement de l’espace de travail et des équipements et la formation des personnels. 

C’est en 1983, avec le concours de la coopération allemande (ex RFA) qu’un centre d’émission pour la radiodiffusion a été installé à Doraleh en banlieue de la ville de Djibouti. Ce centre, désormais avait la capacité de diffuser en onde moyenne, en onde courte en modulation de fréquence et de produire des émissions radios. 

Un réseau FM complet couvrant le maximum du territoire. 

Un émetteur d’onde courte sur 4.780 khz est de 20 kw. 

Un émetteur onde moyenne sur 1539 Khz est de 20 kw. 

Par ce projet la diffusion radiophonique est devenue nationale et régionale.

En 1986, un réseau de diffusion de la télévision sur les chefs lieux des régions de l’intérieur est rendu effectif avec l’installation d’émetteur relais. 

Durant toutes ces améliorations apportées à la R. T. D., les studios et équipements devenaient insuffisants pour la production des programmes destinés à toute la population. 

La R. T. D. avec ses faibles moyens ne produisait que 20 % des programmes diffusés. 

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a déposé une requête auprès du gouvernement japonais qui, finança un projet d’extension de la R. T. D. pour que nous puissions enfin de disposer d’un centre de production télé avec des équipements performants. 

Parallèlement à cette politique d’acquisition des moyens, un renforcement des ressources humaines était entrepris de manière particulièrement considérable. 

Une quinzaine de personnes viennent d’être embauchées au niveau technique et journalistique. 

Ce qui porte le nombre du personnel de la RTD à 200 personnes environs. 

La grille de programme a été revue à la hausse, la RTD diffuse actuellement environ

45 H/par semaine. 

Entre 1985 et 1990 le nombre des postes télévisés est passé, en pourcentage, de 16. 7% à 21 % sur l’an 2 000, il est de 32 % en l’an 2001. 

Les orientations à venir : 

La R. T. D. a planifié le passage de l’analogique vers le numérique en audio et en vidéo production. 

Une cellule commerciale pour la publicité et les publi-reportages équipé en numérique fonctionne depuis janvier 2001. 

Le renforcement des équipements de transmission Radio et TV à l’intérieur et à Djibouti ont été acquis dans le cadre de la coopération Italienne, en outre les studios radio de production et de diffusion sont en numérique, tous ces équipements sont fonctionnels depuis juin 2002.       

Une grande partie de la production télévisuelle ainsi que les posts productions sont en numériques, une partie des équipements de diffusion sont en numérique. 

Vu l'évolution et le renforcement des équipements numériques opté par la Radio Télévision de Djibouti, la RTD rencontre des difficultés dans la dénomination des tâches au niveau technique d'exploitations de production et de maintenance. 

A cet effet et afin de convertir les ressources humaines disponibles dans le développement des nouvelles techniques de la Communication, la R.T.D souhaite bénéficier d'une expertise sur les besoins, suivi d'un plan triennal pour la formation des agents techniques, productions et journalistiques. 

France Télévision peut participer activement à l'élaboration de ce plan ainsi que la prise en charge de certaines formations. 

La R.T.D cherchera les bailleurs de fonds pour compléter et finaliser les différentes formations restantes. 

Le développement des ressources humaines avec les nouvelles techniques de la communication permettra la mise en place d'une production nationale et surtout le passage vers le marketing et la commercialisation qui sont les atouts pour intégrer le 3ème millénaire.