Organisation d'une conférence intitulée «une prospérité pour l’Afrique».

Organisation d'une conférence intitulée «une prospérité pour l’Afrique».

Le Palais du peuple a abrité ce matin l’une des conférences les plus importantes de cette année. Cette conférence intitulée «une prospérité pour l’Afrique» est la première du genre organisée sur le sol djiboutien.

Cet événement  de trois jours initié par la Chambre de Commerce de Djibouti en partenariat avec la chambre de Commerce et de l’industrie Panafricaine va poser les jalons et ouvrir les discussions sur des défis et opportunités de la ZLECA pour le secteur privé du continent ainsi que les mesures de facilitation du commerce dans cette partie du globe.

Objectif, impliquer davantage le secteur privé dans le cadre des échanges du marché africain. En d’autre terme promouvoir l'intégration économique africaine au niveau régional et continental par une meilleure implication du secteur privé et encourager les économies à renforcer leur positionnement dans un processus de construction du marché unique africain.

Cette conférence qui a fait salle comble ce matin a réuni de près et de loin, les chefs d’entreprises africains ; les chefs du secteur financier, les représentants des institutions Internationales, des hauts cadres de l’administration, une pléiade d’experts nationale.

Ce forum sur la zone de libre-échange continentale africaine de trois jours va servir de plateforme de débat et de réflexion sur le processus de développement de la ZLECA. Ces experts et ces observateurs venus de loin vont débattre sur les défis et opportunités qu’offre cette zone de libre échange et de ses implications pour le développement économique et la croissance.

Ces échanges vont permettre d’approfondir les questions des politiques d'intégration régionale et continentale en vue de faciliter la formulation de nouvelles stratégies plus intégrées et mieux coordonnées.

Notons au passage que l’ouverture effective de ce marché commun représente beaucoup d'avantages et d'opportunités pour le continent, notamment pour le secteur privé, en termes de facilitation des échanges et de réglementations.

Entrée en vigueur le 30 mai dernier, la ZLECA vise à réduire les barrières tarifaires et non-tarifaires au commerce, à encourager l'ouverture des marchés et la facilitation du commerce, et à harmoniser les règles de commerce à travers le continent africain. Elle se veut la création d'un marché de 1,2 milliard de personnes pour un produit intérieur brut combiné de plus de 2.500 milliards de dollars.