septembre 30, 2020

Santé: l’Institut National de Santé Publique de Djibouti poursuit ses activités de la lutte anti vectorielle.

Santé: l’Institut National de Santé Publique de Djibouti poursuit ses activités de la lutte anti vectorielle.

Dans le cadre de la lutte anti vectorielle, l’Institut National de Santé Publique de Djibouti (INSPD) poursuit des activités de destruction des gites larvaires dans les fosses septiques et des latrines. 

Cette activité est menée par l’NSPD en étroite collaboration avec des agents communautaires dans la banlieue de Balbala.

En effet, des sites de distributions des produits larvicides ont été mis en place dans les quartiers afin de lutter contre la prolifération des moustiques par la destruction des gites larvaires en vue de réduire et d’éliminer les risques de transmission du paludisme et d'autres maladies vectorielles qui sont endémiques dans notre pays.

Par ailleurs, des équipes d’entomologies et d’agents d’hygiène sont à pied d'œuvre en utilisant le procédé d’épandage consistant à répandre au-dessus des eaux stagnantes et dans les fosses septiques des solvants d’insecticides dont l’efficacité est avérée pour éliminer les larves de moustiques.

Le ministère de la Santé recommande à la population de veiller au respect des mesures d'hygiène domestiques et environnementales. 

Santé: lutte anti vectorielle.

Santé: lutte anti vectorielle.

Dans le cadre de la lutte anti vectorielle, l’institut National de Santé Publique de Djibouti l’INSPD poursuit une campagne intensive de pulvérisation spatiale dans la capitale et dans la banlieue de Balbala.

L'intensification de la pulvérisation spatiale est donc menée dans le cadre de la lutte anti vectorielle afin de contrer la prolifération des moustiques et des gites larvaires de réduire et d’éliminer les risques de transmission du paludisme et d'autres maladies vectorielles qui sont endémiques dans notre pays.

Des équipes d’entomologies et d’agents s'occupant de l’hygiène sont à pied d'œuvre en utilisant le procédé d’épandage consistant à répandre au-dessus des eaux stagnantes et dans les fosses septiques des solvants d’insecticides dont l’efficacité est avérée pour éliminer les larves de moustiques.

Le ministère de la santé recommande à la population de veiller au respect des mesures d'hygiène domestiques et environnementales.

Ministère de la Santé/OMS: atelier de sensibilisation sur les conséquences du tabac et de la toxicomanie

Ministère de la Santé/OMS: atelier de sensibilisation sur les conséquences du tabac et de la toxicomanie

Le ministère de la Santé en collaboration avec l'Organisation de la Santé Mondiale (OMS) a organisé un atelier de sensibilisation sur les conséquences du tabac et de la toxicomanie le mercredi 25 décembre 2019.

 En effet, cet atelier était destiné aux acteurs communautaires de la région d'Arta et s'est tenu au Centre de Développement Communautaire (CDC).

 Le 1er Préfet adjoint, M. Mohamed-Fozi Ahmed Assoweh a parrainé cette formation s'inscrivant dans le cadre des activités du programme anti-tabac initié par le ministère de la Santé.

 Par ailleurs, le conseiller technique du ministère de la Santé et coordinateur du Programme anti-tabac M. Mahamoud Daoud Dabar a animé l'atelier de sensibilisation sur les conséquences du tabac et de la toxicomanie.

 Il a d'abord présenté la toxicomanie ses aspects médicaux ou moraux et a souligné les axes de lutte contre la toxicomanie soit par la répression soit par la prévention.

 Le coordinateur du Programme anti-tabac M. Mahamoud Daoud Dabar, poursuivant ses explications a mis en évidence les types de drogues comme le cannabis, l'alcool, le médicament psychotrope, l'héroïne, la cocaïne, le solvant, le khat, le tabac et le narghileh. 

 Le conseiller technique a ensuite exposé avec clarté les différents facteurs incitant aux personnes à l'usage de la drogue: psychologiques, familiaux et environnements.

 Le médecin-chef, Dr Yacoub Ardeyeh, a élucidé dans cet atelier de sensibilisation le concept du tabac et ses conséquences néfastes sur la santé aux acteurs communautaires de la région.

 Le préfet-adjoint Mohamed-Fozi Ahmed a remercié les organisateurs et a explicité que la prévention contre l'usage des drogues est l'affaire de tous.

Ministère de la Santé: lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole

Ministère de la Santé: lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole

Le centre Housseina a abrité dimanche 29 décembre 2019 une cérémonie de lancement officiel de la campagne de vaccination contre la rougeole qui s'est déroulée sous l'égide du ministre de la Santé M. Mohamed Warsama Dirieh, du ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle M. Moustapha Mohamed Mahamoud et de la secrétaire d’Etat à la Solidarité Mme Mouna Osman Aden.

Le ministre de la Santé et ses confrères ont effectué une visite des stands pour écouter les explications sur cette campagne de vaccination anti-rougeole qui vise tous les enfants de 6 mois à quinze ans sur l'ensemble du territoire national.

Au total, 364.493 enfants seront concernés par cette campagne de vaccination et recevront une dose de vaccin anti-rougeole, des suppléments en vitamine et un déparasitage au moyen du medendazole.

Le lancement officiel de la campagne a été marqué par la vaccination de plusieurs enfants qui ont reçu leurs doses des mains des membres du gouvernement.

À travers cette nouvelle campagne, le ministère de la Santé vise à atteindre plus de 95% de couverture vaccinale contre la rougeole

MINISTERE DE LA SANTE: le ministre tient une réunion avec le corps médical

MINISTERE DE LA SANTE: le ministre tient une réunion avec le corps médical

Le ministre de la Santé Mohamed Warsama Dirieh a réuni dans son cabinet l’ensemble du corps médical, des médecins spécialistes en infectiologie et des directeurs des hôpitaux afin de discuter sur les dispositifs de prise en charge thérapeutique en réponse à la flambée de la fièvre observée dans nos structures sanitaires.

En effet, les centres de santé ont fait état de recrudescence de plusieurs types de fièvres dont des cas confirmés de paludisme et des cas suspects et non confirmé de chikunguya qui est une maladie transmise par des moustiques et provoquant de la fièvre et des douleurs articulaires.

 Par la suite, le ministre de la santé a effectué une tournée dans les différentes urgences de la capitale pour évaluer la situation au niveau de structures sanitaires et s’enquérir du fonctionnement des dispositifs d’alerte et de prise en charge clinique mis en place par son département.

Ainsi, toutes les mesures idoines ont été activées et les personnels soignants ont été augmentés dans toutes les structures de santé en vue afin de renforcer la capacité d’intervention et de soins.