Assemblée nationale: première séance publique de la seconde session ordinaire.

Assemblée nationale: première séance publique de la seconde session ordinaire.

Sous la conduite de son Président, l'honorable Mohamed Ali Houmed, l'Assemblée nationale vient d'organiser ce lundi 04 novembre, sa première séance publique de la seconde session ordinaire de l'année 2019.

Cette plénière dans les arcanes de l’Hémicycle du Parlement, a vu la participation du Premier ministre, S.E. Abdoulkader Kamil Mohamed, des ministres et de l’ensemble des parlementaires, avec l'ordre du jour suivant:

1) Projet de Loi N°059/AN/19/8ème L portant ratification de l'Accord de financement pour le projet intégré de transferts monétaires et renforcement du capital Humain;
2) Projet de Loi N°060/AN/19/8ème L portant ratification d'un accord de financement (Don et prêt) pour le projet d'amélioration de la performance du secteur de la santé;
3) Projet de Loi de finances N°062/AN/19/8ème L portant budget rectificatif de l'Etat pour l’exercice 2019;
4) Projet de Loi N°063/AN/19/8ème L portant ratification de la Convention pour le règlement des différents relatifs aux investissements entre Etats et ressortissants d’autres Etats (CIRDI);
5) Projet de Loi N°064/AN/19/8ème L portant ratification de l’accord de prêt pour le projet Centre d’Excellence d’Enseignement Supérieur pour l’impact sur le Développement.

A ce sujet, l’auditoire a engagé un débat conséquent, illustré par les différentes interventions des élus du Peuple à l’endroit de l’Exécutif, et des éclairages apportés par les ministres de la République, en réponse.

Quant aux thèmes passés en revue, les plus importants furent les investissements des secteurs prioritaires tels que la santé, l'éducation, etc.., les mobilisations des fonds internationaux et le non accroissement de l'endettement, les orientations vers les politiques de développement nationales, les stratégies de croissance accélérée, ou encore, sur les caractéristiques générales de l’élaboration en matière budgétaire, et notamment de la volonté gouvernementale d’une maitrise constante des finances publiques.

En bref, la question des voies et moyens permettant de juguler la dette a été soulevée plusieurs fois, sous l’angle principalement de la préférence des dons et le suivi avec minutie des chantiers financés par l'emprunt international.

Au terme de ces discussions, les élus du peuple ont adopté les différentes dispositions soumises à leur examen, avec amendements pour certaines d'entre elles.