janvier 28, 2021

Le chef de l’Etat préside la cérémonie de dédicace d’un livre sur la biographie du feu Ali Guelleh

Le chef de l’Etat préside la cérémonie de dédicace d’un livre sur la biographie du feu Ali Guelleh

Une grande cérémonie a été organisé ce mercredi 13 janvier 2021 au palais du peuple pour la sortie et dédicace du livre intitulé Allons camarade Ali Guelleh écrit par l’écrivain et poète Dr Chehem Watta sur la biographie, témoignages et parcours de ses amies d’enfance et compagnon de lutte feu Ali Guelleh Aboubaker décèdé le 27 avril 2020.

Chehem Watta évoque dans ce livre la période de jeunesse du feu Ali Guelleh qu’il a côtoyé dès son enfance dans la capitale.

Premier partisan de l’accord d’Abaa en 1994, Ali Guelleh Aboubaker a été l’artisan de l’accord de paix avec le Frud.

En 2016, il est devenu membre du gouvernement en occupant le poste de ministre à la présidence charge des investissements, poste qu’il a occupé jusqu’ a sa mort le 27 avril 2020.

La cérémonie de la sortie du livre Allons Camarade Ali Guelleh a été présidée par le président de la République M. Ismael Omar Guelleh.

La cérémonie de dédicace a vu la participation de sa famille et ses proches amis.

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République, Chef du Gouvernement a eu lieu ce Mardi 12 Janvier 2021, la 1ère Séance du Conseil des Ministres.

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République, Chef du Gouvernement a eu lieu ce Mardi 12 Janvier 2021, la 1ère Séance du Conseil des Ministres.

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République, Chef du Gouvernement a eu lieu ce Mardi 12 Janvier 2021, la 1ère Séance du Conseil des Ministres.

Ont été examinés et approuvés les textes suivants :

Ministère de la Communication chargé des Postes et des Télécommunications.

1ère Question : Projet de Loi abrogeant et remplaçant la Loi n°42/AN/99/4ème L portant création d’un établissement public dénommé Radio Télévision de Djibouti.

Depuis sa création la Radio Télévision de Djibouti a connu des avancées de grandes envergures. Elle a su tirer profit de son monopole dans le marché audiovisuel en cheminant vers l’expansion et la modernisation de ses structures et ayant comme ultime objectif de rendre la Radio et la Télévision accessible mais surtout offrir un contenu diversifié à l’ensemble de la population. Dans le cadre des réformes en profondeur du secteur de l’audiovisuel et de la presse écrite et électronique et l’avènement de l’évolution rapide des Technologies de l’Information et de la Communication, il s'est avéré nécessaire de mettre en place un nouveau cadre légal posé par la Loi n°56/AN/19. Ainsi, le projet de Loi a pour objectif de changer la forme juridique de l’établissement. Le projet de Loi précise les missions et les attributions de la Radio Télévision de Djibouti pour lui permettre d’avoir une plus grande flexibilité dans l’atteinte de ses objectifs et missions. Le projet de texte définit aussi les principes généraux de fonctionnement et de gestion. Cette nouvelle configuration aura pour retombées majeures et boostera la productivité de l’établissement.

Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle.

2ème Question : Projet de Décret définissant la fonction de Conseiller Pédagogique les modalités d’accès, les missions et les indemnités afférentes.

Le projet de Décret a pour objet de redéfinir et adapter la fonction de conseiller pédagogique aux exigences de la transformation du système éducatif. Les Conseillers Pédagogiques (CP) sont les principaux collaborateurs des inspecteurs de l’Education Nationale. Ils sont polyvalents et contribuent à l’amélioration des enseignements-apprentissages, la valorisation des innovations pédagogiques, l’intégration des TIC, la préparation et à la mise en œuvre des examens et concours. Par ce texte, l’accès à la fonction de CP sera davantage réglementé par souci de transparence et de méritocratie : 10 ans d’ancienneté, voie de concours interne et Certificat d’Aptitude à la Fonction de Conseiller Pédagogique. Ce projet de Décret vise aussi la revalorisation d’un maillon

important de la chaine pédagogique. L’adoption de ce projet permettra à ce personnel à exercer pleinement les missions qui leurs sont dévolues et de garantir des pratiques pédagogiques innovantes dans les classes dans le cadre de la transformation de notre système éducatif pour le rendre plus performant et efficace.

3ème Question : Projet de Décret portant attribution d'un nom au Centre de Formation des Enseignants de l'Enseignement Fondamental.

4ème Question : Projet de Décret attribuant des noms à des Etablissements Scolaire du Secondaire.

Le 1erprojet de Décret est relatif à l'attribution d'un nom au Centre de Formation des Enseignants de l’Enseignement Fondamental (CFEEF). Dans le cadre de la commémoration du 20ème Anniversaire de la refondation de l’Ecole Djiboutienne et citoyenne, le MENFOP souhaite rendre hommage aux pionniers de l’éducation nationale qui ont inspiré et formé les premières générations du pays. Ainsi, le CFEEF sera désormais appelé « Centre de Formation des Enseignants de l’Enseignement Fondamental Omar Guelleh Ahmed ». Omar Guelleh Ahmed voit le jour en 1909 à Djibouti et intègre en 1922, une Ecole Laïque Publique à Djibouti destinée aux enfants européens et Djiboutiens. Ceux-ci font alors partie des premiers enfants Djiboutiens qui bénéficieront de l’opportunité d’accéder à l’instruction primaire. En 1927, titulaire d’un Certificat d’Etude Primaire, Omar Guelleh devient le premier élève-maitre de l’histoire de l’école Djiboutienne. Le 2ème projet de Décret a pour objet l'attribution des noms aux établissements scolaires du secondaire. L’établissement actuellement nommé Lycée de Gabode est appelé désormais le « Lycée Djama Yousssouf Mahamoud dit Djama Maitre ». Djama Maitre, né en 1912 à Djibouti fut un instituteur intègre, doté d’un grand sens d’honnêteté et de sagesse. De 1930 à 1989, il fut enseignant et Directeur de l’école de Quartier 6, de Dikhil et de l’école du Stade. Il instaure la première cantine scolaire à Dikhil. Le Lycée nommé Lycée de Balbala est appelé désormais « Lycée Ahmed Farah Ali ». Ahmed Farah Ali fut l’un des premiers pédagogues de l’école Djiboutienne. Il obtient son certificat d’Etude Primaire élémentaire en 1928 et dévient le deuxième enseignant Djiboutien de l’histoire du pays, après son illustre prédécesseur Omar Guelleh Ahmed. Il entame sa carrière professionnelle dans l’enseignement où il est nommé moniteur en novembre 1928. En 1932, Tadjourah voit l’ouverture de sa première école et Ahmed Farah Ali est nommé Directeur de cette école. Ces propositions de dénomination à ce centre et établissement scolaire s’inscrivent dans ce nouveau paradigme d’appropriation de l’Ecole Djiboutienne par les élèves et la société dans son ensemble. Elle veut faire mieux connaitre les grandes figures nationales qui ont contribué à l’histoire de notre système éducatif et son évolution et d’ancrer l’école dans son environnement socioculturel. Ces attributions des noms pionniers à ces centres et établissements scolaires cherchent à refléter la mémoire de l’évolution de l’Education et à marquer l’autonomie du système éducatif post-coloniale. Elle vise également à permettre aux jeunes générations de s’identifier à ces personnalités qui ont marqué l’histoire de l’Education Nationale.

Le Président Guelleh investi officiellement candidat du RPP à la Présidentielle djiboutienne d’Avril 2021

Le Président Guelleh investi officiellement candidat du RPP à la Présidentielle djiboutienne d’Avril 2021

La principale formation politique nationale, le Rassemblement Populaire pour le Progrès (RPP) a investi officiellement ce samedi, dans le cadre d’un congrès extraordinaire qui eut lieu au Palais du Peuple, son candidat pour la Présidentielle djiboutienne d’Avril 2021.

L’investiture du candidat du RPP qui n’est autre que le Chef de l’Etat et Président de cette formation politique, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, revêtit les allures d’un rendez-vous national où, l’ensemble des partis alliés du RPP et des collectifs issus de tous les quartiers de la capitale et des régions de l’intérieur ont enjoint leurs voix à celle du plus ancien mouvement politique de notre pays pour manifester leur attachement à la poursuite du leadership politique en place à Djibouti.

Dans une déclaration faite à l’occasion de cet évènement, le Président de la République a tout d’abord remercié « le public venu très nombreux pour acclamer la poursuite de son action à la tête du pays ».

« A travers le récent slogan Continuons ensemble, vous nous faites un immense honneur que je ne peux décliner », a-t-il dit.

« Je suis également sensible à la mobilisation générale que nos compatriotes font autour de ce nouveau cap de notre Histoire collective », a-t-il noté.

« L’élan collectif initié depuis plusieurs semaines où, toutes les composantes de notre société, jeunes, femmes, notables investis de

l’autorité coutumière et traditionnelle se relaient la parole et investissent l’espace public est quelque chose d’inédit, de sans précédent chez nous », a-t-il souligné.

« Les jeunes ont demandé une vision du Djibouti que nous partageons, que nous proposons. Si à l’issue du scrutin à venir, ils concrétisent par leurs voix la confiance qu’ils souhaitent placer en moi, je répondrais avec le dévouement et la hauteur qui sied », a-t-il assuré.

« Ce que j’ai toujours entrepris pour notre pays, notre République, cette demeure qui nous abrite, je l’ai toujours fait avant tout pour le bien de tous », a-t-il avoué.

Et le candidat investi « de décliner les grandes lignes de la vision d’avenir qu’il ambitionne pour notre pays au cours des prochaines années. »

« L’emploi, notamment celui au profit des jeunes, demeurera notre principale priorité », a-t-il affirmé.

« Nous mènerons ce combat à travers la poursuite des efforts liés à la réalisation d’un patrimoine susceptible de faire face à tous les types de métiers et de fonctions », a-t-il fait valoir.

« Nous le mènerons également à travers une politique d’appui au secteur privé et à la création d’entreprises », a-t-il noté.

« Nous sommes amplement d’avis que nos filles qui forcent l’estime à travers les résultats sans cesse éloquents qui sont les leurs tout au long de leurs parcours scolaires et universitaires ont d’ailleurs une place de choix dans le processus d’éclosion de l’entrepreneuriat privé djiboutien auquel nous appelons de plus en plus de nos vœux » a-t-il soutenu.

« Notre avenir dépendra de notre appétence pour le travail et l’effort, de notre concordance dans ce qui est essentiel à nos yeux en tant qu’individu et en tant que peuple. », a-t-il déclaré dans le même élan.

Outre l’emploi et la poursuite des efforts liés au développement, le Président de la République a cité « la Gouvernance et la consolidation des institutions » au titre d’autres priorités majeures qu’il assigne désormais à notre pays « pour que nul ne puisse menacer les fondements de notre nation ».

Il s’agit là, a-t-il fait remarquer, « des notions dans le droit fil de notre intransigeance à invariablement placer toujours l’unité et la cohésion nationale au dessus de tout ».

De l’avis du Chef de l’Etat, « l’intelligence numérique et l’accès à une énergie renouvelable constituent entre autres des secteurs à promouvoir également à l’avenir ».

Outre le Président de la République, d’autres orateurs se sont succédé à la tribune du congrès extraordinaire du RPP dédié à son investiture.

Le Vice-Président du Parti et Premier Ministre du pays, M Abdoulkader Kamil Mohamed a surtout mis l’accent sur le fait que « la manifestation de volonté en faveur de la poursuite de l’action du Chef de l’Etat à la tête du pays est un mouvement qui dépasse de loin la volonté des seuls dirigeants, militants et sympathisants du RPP et de ses partis alliés ».

Le Secrétaire général du RPP, M Ilyas Moussa Dawaleh a lui aussi fait une longue intervention dans laquelle il a estimé que le Chef de l’Etat demeure jusqu’à lors le mieux à même sous nos cieux pour incarner les traits dignes d’un leadership de succès que sont « l’abnégation,

le sens de la résilience, la lutte contre l’adversité pour faire face aux nombreux défis »

Les dirigeants et Représentants des partis alliés se sont également exprimés à la tribune de ce congrès, apportant tous le soutien et l’appui de leurs formations respectives à l’investiture du Chef de l’Etat à la Présidentielle djiboutienne d’Avril 2021.

Ces derniers étaient nommément composés de M Ougoueh Kiffleh, le Secrétaire général du Front pour la Restauration de l’Unité et de la Démocratie (FRUD), de M Abdourahaman Mohamed Allaleh, le Président du Parti National Démocratique (PND), de Mme Hasna Moumin Bahdon, la Présidente du Parti Social Démocrate (PSD) et de M Ibrahim Chehem Daoud, Président de l’Union des Partisans de la Réforme (UPR).

A noter également la participation à cet évènement, dans la ferveur et l’allégresse, d’un nombre important de femmes autour de la Première Dame et Présidente de l’UNFD, Mme Kadra Mahamoud Haid.

Discours du Président de la République lors du congrès extraordinaire du RPP

Discours du Président de la République lors du congrès extraordinaire du RPP

Louange à Dieu que la paix et la bénédiction soient sur le Prophète, sa Famille et ses Compagnons,

Mesdames et Messieurs les congressistes

Mes chers compatriotes

Aujourd'hui, à l’occasion de ce congrès durant lequel vous venez de me renouveler votre confiance en m’investissant une nouvelle fois, je voudrais m’adresser à toutes les Djiboutiennes et à tous les Djiboutiens.

Je tiens à dire à chacun d’eux, partisan ou non, que ce que j’ai toujours entrepris pour notre pays, notre République, cette demeure qui nous abrite, je l’ai toujours fait avant tout pour le bien de tous.

Garantir notre souveraineté, sauvegarder la paix et la sécurité, rechercher le progrès et le développement par tous les moyens ont, toutes ces années, guidé mon action.

Quant à mes convictions, vous les connaissez, ne pas transiger sur l’unité nationale, le vivre-ensemble sans quoi rien n’arrive et rien n’est possible.

Comme je l’ai dit, un pays c’est comme une maison. Cela se construit sur des fondations qui se doivent d’être les plus solides possibles afin de permettre à chaque génération de continuer à bâtir, toujours plus haut. Ces fondations sont nos valeurs communes, celles qui garantissent à chaque Djiboutienne et Djiboutien, sa place à part entière dans la société.

Les projets de sociétés, sont, quant à eux, comme ces briques qui forment les murs.

Dans le Rassemblement Populaire pour le Progrès, notre projet politique se veut un foyer, large, accueillant, aux fondements solides : un foyer qui rassure.

Un foyer rassurant par les valeurs qu’il défend, rassurant par la constance de ses dirigeants et qui laisse à chacun, grâce au respect du pluralisme, le soin d’apporter sa pierre à l’édifice.

Notre plateforme politique, par ses idées, par sa base populaire, a aussi façonné notre pays. Notre engagement a produit des réformes économiques et sociales importantes qui ont toujours eu à cœur de traduire et de donner forme aux aspirations de notre peuple.

Que ce soit l’éducation supérieure, la formation, l’accès au travail, l’accès à la propriété, au logement, l’augmentation du pouvoir d’achat et dans bien d’autres domaines, nous travaillons inlassablement à la quête de solutions pour proposer et bâtir des lendemains meilleurs.

Car ce qui nous caractérise auprès de nos concitoyens, c’est l’action et non pas le verbe et la parole !

Mes chers concitoyens,

Nous savons depuis fort longtemps à quel point la paix est fragile, à quel point la stabilité peut être menacée du jour au lendemain par le fanatisme et la haine. Nous le voyons chaque jour dans notre région mais plus récemment aussi dans certaines démocraties que l’on croyait inébranlables.

Nous avons connu la violence du colonialisme, les tensions fratricides. Aujourd’hui, face à ceux qui cherchent à se réinventer à travers leurs opinions mortifères, nous disons que, ici dans la Maison Djibouti, nous n’aurons jamais de temps à perdre dans le ressentiment.

La Maison Djibouti est Amour. La Maison Djibouti est Paix. Elle est un havre de douceur pour ses enfants et un refuge pour tous ceux qui sont à la recherche d’un répit.

Je voudrais ici rendre un hommage appuyé à son excellence feu El Hajj Hassan Gouled Aptidon, père de notre Nation, qui nous a insufflé ce caractère à une période charnière de notre Histoire.

Il nous laisse ce précieux leg et cette leçon qui prévaut pour tout Homme d’Etat de ce merveilleux pays, que le plus grand chantier est celui de veiller à la stabilité, de protéger les institutions et de sauvegarder l’intégrité des frontières.

Car si chaque djiboutienne et djiboutien mérite le meilleur que peut lui offrir son pays, il est un devoir sacré de lui assurer la paix et la sécurité; sans cela rien de bien ne peut se concrétiser.

Pour ma part, cette leçon est devenue une viatique, celle de consolider cette Unité Nationale garante de notre vivre ensemble tout en m’attelant à faire de Djibouti un pays émergent, avec une économie prospère et des opportunités pour tous.

Mes chers concitoyens,

Quarante ans dans la vie cela peut paraître long mais ce n’est rien à l’échelle d’un pays, au temps qu’il faut à le construire ; au temps et à l’énergie qu’il faut à ériger, à partir de rien, des infrastructures, développer des secteurs sociaux auparavant démunis, à se défaire des influences étrangères pour garder sauf notre libre-arbitre et à tracer notre propre chemin dans une région troublée.

Notre impatience de voir le grand développement arriver et s’installer ne doit pas cependant déprécier nos efforts et nos progrès. Au contraire, nous devons être fiers de notre capacité à agir et à accomplir ensemble.

Notre avenir dépendra de notre appétence pour le travail et l’effort, de notre concordance dans ce qui est essentiel à nos yeux en tant qu’individu et en tant que peuple.

Pour notre jeunesse, nous continuerons à nous mobiliser, à travailler plus durement, à multiplier les projets pour créer plus d’opportunités d’emploi, pour lui assurer des logements décents et une énergie pérenne à des prix abordables.

Si nous voulons solidifier les acquis et sauvegarder notre République, il nous faudra également continuer à travailler sur les deux grands chantiers que sont la gouvernance et la consolidation de nos institutions pour que nul ne puisse menacer les fondements de notre Nation.

L’année qui vient de s’écouler malgré la difficulté qui l’a caractérisée a démontré la résilience de notre pays.

Notre économie, les valeurs d’unité et de solidarité de notre République, nos jeunes institutions dont le ministère de la solidarité, l’assurance maladie, la faculté de médecine et l’institut supérieur des sciences de santé de Djibouti dont sont issus les soignants qui sont intervenus en première ligne dans la lutte contre la pandémie, bref, tout ce que nous avons patiemment bâti ensemble, ont pu être mobilisé comme ressource pour soutenir les djiboutiens dans cette épreuve.

C’est dans les moments de difficulté que se révèlent les Etats et les institutions. Qu’ensemble nous y soyons parvenus, c'est un Espoir et un signal que tous nos sacrifices ne sont pas vains et que très bientôt nous cueillerons les fruits de notre labeur.

Je pense que notre jeunesse l’a compris et l’a montré en se mobilisant de manière aussi massive et impressionnante le 17 décembre dernier.

Mes chers concitoyens

Être appelé à la responsabilité par la jeunesse djiboutienne n’est pas une chose que je prends à la légère. J’ai toujours, depuis ma propre jeunesse, servi notre pays sans jamais dévier dans l’amour et la reconnaissance que je lui porte. Cependant avec le poids des années et l’expérience du pouvoir, vient le temps de la réflexion et de l’analyse.

Néanmoins lorsque les jeunes djiboutiennes et djiboutiens ont fait part de leur souhait de me voir continuer à leurs côtés je n’ai pas pu les décevoir.

Ils ont demandé du leadership et une vision du Djibouti que nous partageons, que nous proposons. Si à l’issue du scrutin à venir, ils concrétisent, par leurs voix, la confiance qu’ils souhaitent placer en moi, je répondrais avec le dévouement et la hauteur qui sied.

Je répondrais également avec le courage nécessaire à prendre les actions qu’il faut, sans faillir.

Vive la jeunesse de notre pays

Vive Notre parti et les forces de notre Alliance,

Vive la République

Vive Djibouti !

La République de Djibouti salue la tenue du sommet du Conseil de Coopération du Golfe

La République de Djibouti salue la tenue du sommet du Conseil de Coopération du Golfe

La République de Djibouti salue la tenue, ce mardi, du sommet du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) et, réitère sa conviction que ce sommet contribuera à relever les principaux défis à l’ordre du jour dans cette partie du monde.

Notre pays se réjouit aussi de l’élan de détente et de concorde dans lequel se déploie ce sommet et, saisit cette occasion pour rendre un hommage appuyé à la politique de sagesse et aux efforts sans cesse renouvelés pour restaurer l’entente et l’unité au sein de ce Conseil.

Djibouti exprime par ailleurs ses chaleureuses félicitations et son profond attachement au leadership éclairé du Royaume frère d’Arabie saoudite pour le précieux appui qu’il apporte en permanence à l’affirmation des valeurs de solidarité et de fraternité en faveur des peuples de la région.

Nous saluons également la volonté manifeste caractérisant l’Etat du Qatar et les autres pays membres du CCG dans le cadre de ce sommet et, relative à la restauration d’une cohésion efficiente de l’Organisation, préalable indispensable à la poursuite des processus de stabilisation et d’intégration régionale.

Nul doute que le retour de la cohésion au sein du Conseil de Coopération du Golfe aura des repercussions positives pour l’ensemble des pays du monde arabe et musulman.