mars 05, 2021

ARTA: Cérémonie des remises des patentes aux jeunes entrepreneurs.

ARTA: Cérémonie des remises des patentes aux jeunes entrepreneurs.

Le Centre de Leadership et l’Entrepreneuriat a organisé à l’Ecole Hôtelière d’Arta, une cérémonie de remise officielle des patentes pour l’année 2021 et du Fonds d’Appui COVID-19 en faveurs des AGRs du PROPEJA, de la région d’Arta.

Parmi les officiels étaient présents le Président du Conseil Régional d’Arta, Monsieur Elmi Bouh Goudadeh, l’Ambassadeur du Japon à Djibouti, S.E.M. UmioOtsuka, la Représentante Résidente du PNUD à Djibouti, Madame Fatima Elsheikh, la Secrétaire Générale du Ministère des Affaires Sociales et de la Solidarité, Madame Ifrah Ali Ahmed, la Directrice Générale du CLE, Madame Oubah Ahmed Malow, le Directeur Générale de l’ADDS, Monsieur Mahdi Mohamed Djama et enfin le Directeur des Relations Multilatérales au Ministère des Affaires Etrangères, Monsieur Guelleh Idriss Omar.

L’évènement a démarré par une présentation du programme d’appui par le Directeur des Opérations du CLE, Monsieur Chehem Mohamed Abdallah.

Lors de sa présentation, le responsable a rappelé le contexte qui a motivé la mise en œuvre du programme d’appui.
En effet, les mesures de confinement prises par le gouvernement, qui étaient nécessaires pour ralentir la propagation du virus, ont impactés l'écosystème entrepreneurial et de nombreux entrepreneurs se retrouvent dans une situation de cessation d'activités à la suite des mesures décrétées par le gouvernement.

Ce coup d'arrêt représente un manque à gagner considérable pour ces acteurs, notamment les plus fragiles.

Le gouvernement djiboutien a pris la juste mesure de la gravité de la situation.
C’est ainsi que des fonds ont été mobilisés pour venir en aide aux citoyens les plus fragiles, mais également les entrepreneurs des TPME.

C’est dans ce contexte précis que le CLE a pris la décision de participer à son niveau à cet élan de solidarité, et d’engager une partie des fonds du Projet d’Appui à l’Entrepreneuriat des Femmes et des Jeunes (PAEFJ), pour financer le programme d’appui COVD-19 en faveur des 248 AGRs du PROPEJA, encore en activité, au niveau national.
En collaboration avec l’ADDS, le programme consiste en
- la prise en charge des frais de patente
- et  la mise a disposition des fonds d’appui.

Aussi, le Ministère des Affaires Sociales et des Solidarités a rejoint cet élan de solidarité.

En effet, le ministère assure le déploiement d’un programme d’appui sous la coordination du PNUD et sur le financement du Japon à hauteur de $100,000.
Ces fonds viennent compléter le programme mis en œuvre par le CLE par la prise en charge de 100 entrepreneurs des régions d’Ali-Sabieh et d’Arta.

Les officiels présents lors de cette cérémonie ont tour à tour pris la parole.
Le Président du Conseil Régional d’Arta, Monsieur Elmi Bouh a tenu à remercier les partenaires au développement pour leurs soutiens des jeunes entrepreneurs de la région d’Arta ».

La Première dame parraine la 1ère édition du salon de mariage

La Première dame parraine la 1ère édition du salon de mariage

Le premier salon du mariage a ouvert ses portes. Ce grand salon du mariage parrainé par la Première dame et présidente de l’Union Nationale des Femmes Djiboutienne Mme Khadra Mahamoud Haid a pris ses quartiers au Kempenski Hôtel.

Le salon de mariage, un évènement majeur qui est le point de mire des professionnels et du grand public qui souhaitent connaitre l’actualité et les nouveautés en matière de réception, d’organisation et de célébration de différentes cérémonies du mariage.

Organisé par Haween Gaari, une entreprise spécialisée dans la préparation des mariages . A son arrivée, la Première dame, Mme Khadra Mahamoud Haid a été accueilli par la ministre de la Femme et de la Famille Mme Moumina Hassan et les deux fondatrices de Haween Gari Hadia Mohamed Djama et Rahma Abdillahi Bilal.

La première Dame une fois à l’intérieur a fait un tour des différents stands. Tout le pan du secteur événementiel était là, un rendez-vous où plusieurs exposants de haute Gamme dont notamment les Coiffeurs, maquilleurs, Bijoutiers, Fleuristes, Couturiers traditionnels et bien d’autres experts ont présenté leurs derniers produits tendances. 

C’est le rendez-vous à ne pas manquer, pour les exposants et les participants. Pour les entreprises, une occasion de s’ouvrir et de se rapprocher des clients et potentiel future marié en leur présentant leurs produits et services mais aussi c’est un point de rencontre entre les professionnels du domaine afin de développer leurs affaires.

Une journée où le traditionnel boubou de marié a été la pièce maitresse, tout à faire rêver la gent féminine avec des créations toutes plus incroyables et spectaculaires les unes que les autres.

Le chef de l'Etat préside les travaux de la 6ème séance du conseil des ministres

Le chef de l'Etat préside les travaux de la 6ème séance du conseil des ministres

Sous la Présidence de Son Excellence, Monsieur ISMAÏL OMAR GUELLEH, Président de la République, Chef du Gouvernement a eu lieu ce Mardi 02 Mars 2021, la 6ème Séance du Conseil des Ministres.

En début de séance, le Ministre de l’Intérieur a fait une communication sur les prochaines élections présidentielles du 09 Avril 2021 et notamment sur le retrait des cartes électorales qui a débuté le 25 Février 2021. Il a indiqué que les cartes d’électeurs sont disponibles dans toutes les centres de distribution au niveau des préfectures de la capitale et des régions.

Ont été examinés et approuvés les textes suivants :

Ministère de l’Energie chargé des Ressources Naturelles.

1ère Question : Projet de Loi modifiant et complétant la Loi n°33/AN/13/7ème L portant régulation des activités d’importation, de stockage, de transport et de distribution des hydrocarbures et de raffinage.

Notre pays est devenu une plateforme logistique où transite un volume important d’hydrocarbures destiné aux pays voisins et au reste du monde. L’installation d’une raffinerie à Djibouti devient donc une nécessité de nos jours pour faire face à la demande croissante des produits à valeur énergétique dans la région. La mise en place d’un cadre légal visant à encadrer le secteur du raffinage dans la transformation du pétrole brut, la distribution et l’exportation des produits issus du raffinage est indispensable pour créer un environnement propice au développement de cette activité industrielle. Le présent projet de Loi vise à modifier et compléter la Loi n°33/AN/13/7ème L. L’adoption de ce projet de texte s’inscrit pleinement dans la politique gouvernementale visant à mettre en place une synergie promouvant des grands investissements profitables à l’ensemble de notre pays.

Ministère des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Biens Wakfs.

2ème Question : Projet de Décret portant organisation et fonctionnement du Musée National de Djibouti (MND).

Le présent projet de Décret, pris en application de la Loi portant réorganisation du Ministère des Affaires Musulmanes, de la Culture et des Bines Waqfs, porte sur l’organisation et le fonctionnement du Musée National de Djibouti qui est implanté au site de l’ex-gare du chemin de fer. La République de Djibouti a manifesté la volonté de se doter d’un Musée National à travers l’entreprise de plusieurs démarches et notamment la réalisation de différentes missions d’études menées par des experts compétents. C'est dans ce cadre qui est prévu la mise en place du Musée National qui est chargé de la conservation et la protection des collections représentatives des arts et du patrimoine Djiboutien. Le Musée National a une vocation régionale reflétant les richesses culturelles, naturelles et maritimes de Djibouti. Ce projet de

Décret définit la composition et les attributions des différents organes d’administration et de gestion. L’adoption de ce projet permettra d’atteindre les objectifs fixés par le Gouvernement en matière de politique culturelle.

3ème Question : Projet de Décret fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement de l’Institut Al Wassatiya et la culture de paix.

Le projet de Décret a pour objet de fixer les modalités d’organisation et de fonctionnement de l’Institut Al Wassatiya qui a pour principale mission d’optimiser les compétences du corps religieux par le biais des formations initiale et continue favorisant une culture commune du corps religieux. Il élabore les études et les recherches visant le rayonnement de Djibouti en tant que pays de paix et d’ouverture. L’Institut vise la promotion de la culture et de la paix et de la cohésion sociale ainsi que les valeurs de solidarité et de l’harmonie sociétale. Cet Institut est intégré dans la catégorie d’établissement public administratif de la formation et de recherches scientifiques selon la Loi n°56/AN/19/8ème L portant régime juridique des Etablissements Publics Administratifs. Il est rattaché au Ministère des Affaires Musulmanes qui en exerce le contrôle et le suivi des activités, conformément aux orientations et aux objectifs fixés par le Gouvernement en matière religieuse. L’adoption de ce projet vise à mettre en place une plateforme regroupant les oulémas, les intellectuels et académiciens en vue d’élargir et de faciliter l’échange et la concertation sur les thèmes de la paix et de la concorde nationale ainsi que le renforcement du tissu social.

Ministère de la Communication chargé des Postes et des Télécommunications.

4ème Question : Projet de Décret fixant les conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions relatives à la Campagne Electorale.

Le projet de Décret est pris en application de l’article 8 de la Loi Organique n°96/AN/20/8èmeL portant pluralisme politiques lors des campagnes électorales et modifiant certaines dispositions de la Loi Organique n°1/AN/92 relative aux élections. Dans le respect du principe d’égalité et de neutralité du service public, le présent projet de Décret précise les modalités d’enregistrement, de production, de programmation et de diffusion des émissions des campagnes électorales en garantissant à tous les candidats ou partis politiques les mêmes droits. Par ailleurs, dans le but de mieux informer les citoyens, la diffusion des émissions des campagnes électorales dans toutes les langues tant officielles que locales est impérative.

Communication.

Les Ministres de l’Urbanisme et du Commerce ont fait un compte rendu sur leur participation au Forum d’Affaires Djibouti-Ethiopie relatif au développement et à la promotion du secteur du tourisme de Djibouti et de l’Ethiopie qui s’est tenu du 11 au 13 février 2021 à Addis-Abeba.

Le Chef de l’Etat remet son dossier de candidature à la présidentielle d’Avril 2021

Le Chef de l’Etat remet son dossier de candidature à la présidentielle d’Avril 2021

Le Chef de l’Etat, Son Excellence Ismail Omar Guelleh, a, par l’intermédiaire de son Directeur de Campagne, M Ahmed Ali Barreh, procédé ce mercredi à la remise officielle de son dossier de candidature à la présidentielle d’avril 2021.

Conformément à la législation en vigueur dans notre pays, le dossier de candidature de son Excellence Ismail Omar Guelleh, a été remis en deux exemplaires au Ministre de l’Intérieur M. Moumin Ahmed Cheick, autorité investie de la responsabilité d’organiser les élections dans notre pays.

Il est à préciser que le dossier de candidature du Président rémis par son Directeur de Campagne accompagné de son adjoint, Dr Djama Mohamed Hassan, remplit les conditions pour une probable recevabilité.

Le dépôt de dossier du candidat Guelleh intervient à l’issue d’une série de manifestations politique et populaire en faveur de la poursuite de l’action du chef de l’Etat à la tête du pays.

Il y a effectivement lieu de rappeler que les jeunes, composante démographique majoritaire de notre pays, avaient exprimé le 17 Décembre 2020, dans le cadre d’un important rassemblement au Stade Gouled et dans l’ensemble des régions de l’intérieur, leur attachement au leadership du Président de la République.

Quant aux principales formations politiques nationales, elles avaient le 09 Janvier 2020, à la faveur d’un Congrès extraordinaire du Rassemblement Populaire pour le Progrès (RPP), réitéré leur volonté commune d’invertir le Président Guelleh pour un nouvel mandat à la Magistrature suprême.

Allocution de S.E.M le Président de la République ISMAÏL OMAR GUELLEH

Allocution de S.E.M le Président de la République ISMAÏL OMAR GUELLEH

Louange à Dieu que la paix et la bénédiction soient sur le Prophète, sa Famille et ses Compagnons,

Monsieur le Président,

Messieurs les Chefs d’Etats et de Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir de prendre part à ce forum qui s'inscrit dans une démarche constante de réflexion stratégique, de dialogue et d’échange. Permettez-moi, de saisir cette occasion, afin de remercier le Président de la République Arabe d’Egypte, S.E.M Abdel Fattah Al-Sissi, pour son leadership remarquable et son engagement exceptionnel en faveur des grands enjeux de développement en Afrique.

Il y a un peu plus d’une année aujourd’hui, le monde faisait face à la plus grande crise sanitaire qu’il ait connu depuis plus d'un siècle. L ‘Afrique, connue pour sa vulnérabilité et la fragilité de ses systèmes sanitaires, a suscité d’énormes inquiétudes et de nombreuses études plus ou moins alarmistes. Fort heureusement, notre continent a été relativement épargné par rapport au reste du monde.

Toutefois, devant la recrudescence des cas positifs, il est clair que le combat n’est pas encore gagné car les conséquences économiques d'une poussée incontrôlée seraient catastrophiques pour nous. Nous devons, par conséquent, nous adapter à cette nouvelle réalité et à cette nouvelle normalité dans tous les domaines de la vie car personne, aujourd’hui, n’est capable de dire quand sera l’aprés-covid.

Cette pandémie, Monsieur le Président, est malheureusement arrivée à un moment où l’Afrique a commencé son envol et a réuni les fondations de son émergence. Je pense à l’Agenda 2063 ou encore à la ZLECA… C’est pourquoi, il est essentiel de conjuguer nos efforts pour préserver nos acquis mais également commencer à élaborer nos stratégies de relance économique aujourd’hui même, pendant la pandémie du covid-19.

Le plan de relance comporte, à mon sens, quatre volets :

- La garantie que l'Afrique reçoive suffisamment de vaccins pour sa population. C’est pourquoi, nous avons depuis le tout début plaidoyer pour un vaccin universel et équitable.

- La gestion au niveau continentale de la crise sanitaire : les systèmes de santé de nos pays ont, en effet, fait montre, durant cette crise, de résistance et de résilience. Toutefois, il nous faudra, à l’avenir, apprendre de nos erreurs et capitaliser sur nos aptitudes à gérer les urgences sanitaires par un renforcement de nos capacités et par un agencement de nos dispositions

- La restructuration ou l’annulation de la dette; cette initiative aiderait les économies africaines, surtout les plus fragiles, à se remettre plus rapidement de la pandémie car le paiement des vaccins alourdit le fardeau d’une dette déjà très élevé. C’est pourquoi, nous devons continuer à négocier avec nos bailleurs en parlant d’une seule voix.

- Enfin, et je souhaiterais m’appesantir sur ce point, la force et le potentiel de notre continent ;

Cette crise est un réveil pour notre continent: elle nous pousse à rompre avec le passé, avec l’Afrique des conflits, de la faim, des maladies et de la migration clandestine.

Elle nous oblige à effectuer un changement fondamental, à créer de nouvelles opportunités à restaurer notre économie en une croissance économique inclusive, à un renouveau.

Pour cela, l’Afrique ne peut et ne doit compter que sur elle-même. De nos jours, aucun enjeu planétaire ne peut, désormais, se faire sans l’Afrique parce qu’elle constitue une force démographique, parce qu’elle est une terre d’avenir pour l’économie mondiale, et oui parce qu’elle a un potentiel exceptionnel.

Dés lors, il est impératif d’étudier les voies et moyens afin de réduire notre dépendance des ressources extérieures. Maintenant, plus que jamais, l’Afrique doit se concentrer sur la mobilisation de ses ressources domestiques, des secteurs publics et privés, notamment par la réduction des exonérations, l’augmentation des taxes et la participation de sa diaspora à son développement.

Nous faisons face à un ennemi invisible qui ne fait aucune distinction entre riche ou pauvre, grand ou petit. Face à cette menace commune, la solidarité, la concertation et la coopération entre états s’imposent comme un impératif.

Face à cette menace commune, notre capacité à relancer notre économie repose sur les décisions que nous prendrons aujourd’hui mais elle dépend surtout de l'urgence avec laquelle nous allons l’aborder.

Je vous remercie.